Fert met en œuvre depuis 2010, en partenariat avec Afdi Touraine, un projet d’introduction de l’Agriculture de Conservation auprès de groupes de paysans marocains et maliens.

“Regardez ! Ca marche ! Il sème le blé directement sans qu’on ait travaillé le sol !”

Telles étaient les réactions des paysans de la région de Had Bouhsoussen, dans le Moyen Atlas au Maroc, lors des premiers essais du prototype testé cet automne par l’équipe du projet mobilisée par Fert.  Le principe du semoir SD/SCV est  basé sur un concept très original et innovant du Cemagref (devenu Irstea), tombé dans l’oubli  puis repris il y a quelques années par Afdi Touraine au Mali. Le modèle testé au Maroc, spécifique pour les céréales, a été fabriqué en France à partir d’une réflexion menée par Fert et Afdi avec des ingénieurs de l’IAV de Rabat et de l’ENA de Meknes, en relation étroite avec les paysans et techniciens marocains concernés.

Ce prototype  (12 rangs), basé sur le principe de disques inclinés et poussés, a l’avantage considérable par rapport aux autres semoirs «semis direct » classiques de pouvoir être tiré par des tracteurs d’assez faible puissance (70-90cv), le rendant ainsi accessible aux petits et moyens paysans, regroupés le cas échéant en coopératives comme c’est le cas ici à Had Bousoussen.

D’autres semoirs basés sur le même concept sont en cours d’essais au Maroc et au Mali dans le cadre de ce projet intitulé « Conservation des sols et sécurité alimentaire : une préoccupation commune pour les agricultures paysannes du Maroc et du Mali ».

Outre l’introduction de nouvelles cultures dans les rotations (légumineuses, fourrages) et le maintien d’une couverture végétale sur le sol, l’objectif du projet est de tester et valider ces prototypes de semoirs avant de les diffuser et de favoriser leur reproduction locale afin que leur coût de fabrication soit à la portée des producteurs des pays du Maghreb et du Sahel.