Dans le cadre de l’année internationale de l’agriculture familiale, Fert et Farm, ont organisé le 7 mai 2014 un petit-déjeuner débat sur le thème « Investir avec les agriculteurs en Afrique : bonne ou mauvaise idée ? ». Revivez l’essentiel des débats de cette matinée en vidéo

Introduction

“Comment les institutions financières spécialisées dans l’apport de fonds propres peuvent-elles contribuer au renforcement de ceux des exploitations agricoles familiales ? Comment des investisseurs locaux ou étrangers peuvent-ils intervenir dans l’agriculture en Afrique et pas seulement dans les exploitations agricoles de type plantations agro-industrielles ? Et y a t’il d’autres façons pour des investisseurs financiers d’apporter des contributions utiles à l’agriculture familiale ?”

Denis Castaing, Administrateur de Fert

 Présentation du Boerenbond

“Le Boerenbond a développé des services, des formations … C’est je pense, la vocation classique des organisations agricoles partout dans le monde.”

Piet Vantemsche, Président du Boerenbond et d’AgriCord

Présentation d’AgriCord

“Notre dénominateur commun en tant qu’agri-agences est d’avoir été créées par des organisations agricoles”

“Les agriculteurs doivent parler pour eux-mêmes.”

Piet Vantemsche, Président du Boerenbond et d’AgriCord

Investissements du Boerenbond dans l’agriculture

“Il faut mettre en place des fonds d’investissement qui financent les exploitations agricoles.”

Piet Vantemsche, Président du Boerenbond et d’AgriCord

Première certitude d’Abdoul Mbaye

“L’agriculture est la voie incontournable du développement de l’Afrique. Il est donc un secteur à suivre par les investisseurs.”

Abdoul Mbaye, économiste, banquier, ancien Premier Ministre du Sénégal

Deuxième certitude d’Abdoul Mbaye

“L’agriculture africaine est un nouvel eldorado pour une économie mondiale en quête de relais de croissance.” 

Abdoul Mbaye, économiste, banquier, ancien Premier Ministre du Sénégal

Troisième certitude d’Abdoul Mbaye

“La réussite de l’agriculture africaine passe par l’organisation de coopérations.”

Abdoul Mbaye, économiste, banquier, ancien Premier Ministre du Sénégal

Intervention de Proparco

“Investir avec des paysans en Afrique est une priorité clairement affichée par le groupe AFD, mais chercher à le faire directement pour Proparco ce serait une mauvaise idée”

Jérôme Bertrand-Hardy, Directeur adjoint aux opérations

Intervention d’Améthis finance

“Nous sommes ouverts sur l’agriculture, mais pour nous, ce n’est pas facile.”

“Un projet d’agriculture sans transformation a du mal à atteindre ces objectifs de rentabilité.”

Jean-Sébastien Bergasse, Directeur d’investissement

Intervention d’Investisseurs & Partenaires

“Les enjeux de rentabilité se posent clairement sur l’agriculture pure en Afrique”

Pierre Carpentier, Directeur d’investissement

Conclusion des débats

“A l’intérieur du cadre favorable créé par de nouvelles politiques publiques soutenues par les partenaires techniques et financiers, je vois la nouvelle dynamique de l’agriculture africaine reposer sur les investissements privés nationaux et étrangers, financés par des banques et des fonds d’investissement tant locaux qu’étrangers. Je vois le rôle de ces investissements comme intégrateurs de petites et moyennes exploitations aux processus de croissance agricole et de l’agrobusiness.”

Abdoul Mbaye, économiste, banquier, ancien Premier Ministre du Sénégal